Dynamique de la jeunesse : importance et 7 exemples pratiques et rapides

Savez-vous pourquoi la dynamique des jeunes fonctionne vraiment ? La raison réside dans l’essence même de la jeunesse, avec son besoin d’appartenir à des groupes sociaux et l’échange permanent d’expériences. L’apprentissage des jeunes est dynamique en soi, et le travail d’équipe a le pouvoir d’élargir la vision du monde et de développer les compétences. Les spécialistes du développement humain le savent et, ce n’est pas pour rien, utilisent la dynamique pour les jeunes dans les entreprises, les instituts, les universités, les groupes thérapeutiques et divers autres environnements. Les entraîneurs, par exemple, obtiennent des résultats extraordinaires grâce à des séances de groupe créatives et stimulantes qui motivent chacun à donner le meilleur de lui-même pour un objectif collectif. Dans cet article, vous approfondirez les points suivants :

Vous voulez apprendre tout cela en quelques minutes de lecture ? Ensuite, faites-vous une tasse de café et passez à la ligne suivante.

Qu’est-ce que la dynamique de groupe et quels sont ses objectifs ?

Les dynamiques de groupe sont des activités collectives menées dans le but d’intégrer, de divertir et de promouvoir les connaissances des participants. Plus que cela, la dynamique permet d’évaluer les relations sociales et les processus de groupe en général, ce qui élargit la vision des capacités humaines. Le terme de dynamique de groupe a été popularisé par Kurt Lewin, considéré comme le père de la psychologie sociale et auteur d’une riche théorie sur les relations humaines. L’auteur soutient que « l’homme est dans le groupe », c’est-à-dire que les gens s’influencent mutuellement dans la vie sociale et agissent collectivement, au-delà de leur conscience individuelle. Cela signifie que la socialisation humaine est le principe de base de tout apprentissage, car c’est dans la relation avec les autres que nous dynamisons notre intellect. 

Associations et vie associative
Un premier paradoxe (ou décalage) apparaît à propos des associations françaises. Elles sont de plus en plus nombreuses, mais il y aurait moins d’adhérents. de vie associative, fondée sur la présence et surtout l’activité.
Un deuxième décalage concerne le rapport entre les offres associatives et les demandes formulées par les jeunes. L’offre faite aux jeunes par les associations est plus forte que la demande, mais dans le même temps décalée par rapport aux besoins, exprimés ou non par ces mêmes jeunes; d’où le caractère éventuellement désadapté des propositions associatives.
Dans les définitions proposées par mes interlocuteurs, la vie associative implique en effet l’existence d’adhérents actifs, de militants prenant des initiatives. Elle suppose la présence d’un mouvement, d’une dynamique collective, le primat accordé à la poursuite.

d’objectifs à la fois pratiques, démocratiques et éducatifs. En ce sens, la vie associative exclurait les associations de simples usagers ou de consommateurs. Elle se traduit aussi par l’adhésion explicite à un projet permettant la poursuite d’objectifs d’intérêt collectif, et mieux encore, d’intérêt général.
Mais toutes les associations ne répondent pas nécessairement à cette définition. Par exemple les associations para-administratives sont des «faux-nez» d’un pouvoir local ou d’une administration, qui utilisent le modèle associatif pour des raisons de commodité comptable (associations pudiquement appelées relais). D’autre part, il existe des « associations lucratives sans but » (selon l’expression de l’un de mes interlocuteurs), dont l’activité consiste essentiellement à fournir des prestations, s ‘apparentant en fait à des machines économiques .

La Journée mondiale de la santé mentale, qui a lieu chaque année le 10 octobre, vise à sensibiliser aux problèmes de santé mentale et à encourager les activités de plaidoyer. Cette année, le thème de la Journée mondiale de la santé mentale est « Les jeunes et la santé mentale dans un monde en évolution », une préoccupation essentielle lorsque l’on sait que tous les ans, 1 adolescent sur 5 environ souffre de problèmes mentaux et comportementaux. De plus, la moitié des problèmes de santé mentale rencontrés à l’âge adulte se déclarent pendant ou avant l’adolescence.

Après de longues années de gestation, les deux principales institutions européennes que sont le Conseil de l’Europe (2008) et l’Union européenne (Commission européenne, 2009) disposent aujourd’hui, elles aussi, de politiques de la jeunesse. En effet, la première tentative de définition d’une « politique de la jeunesse » en Europe, telle qu’elle est présentée dans le Livre blanc de 2001 (Commission européenne, 2001), a davantage mis au jour les points de division que d’accord en la matière. Ce Livre blanc ne devait pas aborder des domaines clés de la « jeunesse », comme l’éducation ou l’emploi, au motif qu’ils relèvent de directions spécifiques, au sein ou en dehors de la sphère de compétence de la Commission européenne. Il faudra attendre quelques années, et la publication du Pacte européen pour la jeunesse en 2005, pour que des domaines aussi importants de la vie des jeunes soient inclus dans la réflexion sur la politique de la jeunesse. La dynamique s’est encore accélérée ces dernières années avec la Stratégie de l’UE pour la jeunesse (Commission européenne, 2009) et la rédaction de «Jeunesse en mouvement » en septembre 2010. Il existe bien entendu de multiples manières de construire une politique de la jeunesse. 

Comment les entraîneurs peuvent-ils utiliser la dynamique des jeunes dans les processus de coaching ?

Les coaches peuvent utiliser la dynamique pour les processus d’encadrement de groupe des jeunes qui recherchent l’équilibre et la coopération entre les participants. La première étape dans l’application de ce type d’activité consiste à définir un objectif commun pour le groupe, en particulier lorsque l’accent est mis sur le développement du travail d’équipe. Lorsqu’il s’agit de la jeunesse, tout effort visant à éveiller un sentiment de collectivité est valable. Par conséquent, la dynamique de groupe est efficace pour les jeunes, surtout dans le cas des millénaires, qui sont facilement distraits et ont besoin d’activités qui génèrent un engagement et une participation active. Intéressés par le potentiel de la nouvelle génération de travailleurs, les entrepreneurs ont engagé des coachs pour mener la dynamique de groupe avec leurs équipes. En d’autres termes, la dynamique a dépassé les limites des RH et a atteint la formation et le développement du capital humain dans l’entreprise. Dans ce scénario, le coach est le bon professionnel pour agir en tant que facilitateur, agissant comme un lien de soutien entre le processus de travail et l’apprentissage en groupe. Mais le coaching de groupe est-il meilleur que le coaching individuel ? Une étude menée par des psychologues américains et publiée par narevista Frontiers in Psychology a montré que le coaching de groupe est excellent pour le développement des compétences. À cette fin, la recherche a comparé les effets du coaching individuel et de groupe, et a attribué les bons résultats de la méthode de groupe au soutien mutuel entre les participants et au partage des idées. Toutefois, le coaching individuel continue de jouer un rôle important, car il permet un accompagnement personnalisé du professionnel. L’idéal est donc de combiner les deux types, mais les séances de groupe ne peuvent pas manquer. Un bon coach le sait et utilise la dynamique de groupe pour intégrer de jeunes équipes et planter la synergie dans l’environnement de travail. Après tout, si l’objectif est d’éveiller le potentiel maximum des professionnels, les expériences d’équipe sont cruciales pour accroître les performances. Ensemble, ces jeunes peuvent construire leur identité en tant qu’équipe et travailler plus efficacement pour atteindre des objectifs commerciaux.

Comment utiliser efficacement la dynamique de la jeunesse

Pour utiliser efficacement la dynamique des jeunes, l’entraîneur ou le coordinateur responsable doit utiliser des techniques adaptées au profil et à la réalité du groupe. Voici quelques lignes directrices de base pour la conduite de la dynamique de la jeunesse

À partir de ces principes, nous allons aborder certains des principaux points de la dynamique pour les jeunes :

Encourager le travail d’équipe

L’objectif central de la dynamique de la jeunesse est de promouvoir l’intégration des membres pour atteindre un but commun. Pour ce faire, chaque membre doit rejoindre le groupe et s’engager à atteindre les objectifs fixés, afin que les motivations personnelles correspondent aux intérêts collectifs. Plus les participants ont le sentiment d’être en équipe, meilleurs sont les résultats obtenus ensemble. Par conséquent, l’animateur doit encourager la cohésion et l’empathie entre les participants, en utilisant l’encouragement du travail d’équipe comme base du processus.

Prendre des décisions en équipe

La prise de décision en équipe est l’un des processus les plus difficiles, qui nécessite des conseils de la part du facilitateur pour se dérouler de manière satisfaisante. Le point central est de s’assurer que les membres comprennent leur part de responsabilité dans les objectifs du groupe, c’est-à-dire de leur faire voir son importance et de leur donner envie de contribuer aux décisions collectives. C’est à ce stade que les différences apparaissent et doivent être surmontées au nom de l’intérêt commun, ce qui permet aux participants de parvenir à un accord par le dialogue et la prise en compte d’autres points de vue.

Résoudre rapidement les problèmes

La pression est également une caractéristique de la dynamique de la jeunesse, qui, à doses saines, peut renforcer la motivation du groupe. Les défis apportés par le facilitateur doivent être résolus dans un certain laps de temps, en encourageant les membres à rechercher les meilleures solutions dans les plus brefs délais. À ces moments-là, de nombreux jeunes découvrent leur capacité de raisonnement, d’improvisation et de négociation.

La volonté d’aider les autres

La coopération est l’un des fondements de la dynamique pour les jeunes, car elle crée une relation de soutien entre les participants et favorise le consensus. Les effets individuels du processus renforcent des sentiments tels que la compassion, l’empathie et la solidarité, tout en catalysant l’action au niveau collectif. Après tout, l’idée est que tous s’unissent pour un objectif commun, avec la certitude que le mérite sera partagé de manière égale.

Reconnaître les membres de l’équipe

La reconnaissance est également essentielle dans la dynamique de groupe, car elle contribue à renforcer la confiance en soi des participants et à éveiller un sentiment d’appartenance. Le mot clé de ce processus est le « ofeedback », c’est-à-dire le retour d’information offert à chaque membre concernant ses performances au sein du groupe. Avec un retour d’information approprié, chacun se sent valorisé, ses points positifs étant reconnus, et peut améliorer ses performances à partir des points négatifs.

7 Exemples de dynamiques de jeunesse – Dynamiques rapides et amusantes

Après les cours théoriques, nous arrivons aux exemples de dynamiques pour les jeunes dont l’efficacité a été prouvée. Accompagnez sept modèles rapides et amusants à mettre en pratique :

1. échange de paroles

L’objectif de cette dynamique est de promouvoir l’échange d’idées pour trouver des solutions viables, en surmontant les différences et en encourageant la coopération. Tout d’abord, divisez les participants en paires, trios ou quatuors, en fonction du nombre de personnes dans le groupe. Préparez plusieurs bandes de papier avec les mots clés « problème » (par exemple, guerre, faim, réchauffement climatique, inégalité sociale) et les mots clés « solution » (par exemple, répartition des revenus, politiques environnementales, coopération internationale). Distribuez d’abord les mots « problème », puis les mots « solution », en donnant aux groupes le temps de trier les problèmes les plus importants et de trouver leurs solutions respectives. Après avoir présenté le planning, les groupes peuvent échanger des mots entre eux pour améliorer les solutions.

2. Un défi secret

Orientez tous les participants pour qu’ils s’assoient en cercle et distribuez des crayons et du papier. Demandez ensuite à chacun d’écrire sur le papier un défi à relever par un autre collègue, puis de vous retourner la note signée. Après avoir rassemblé les papiers, annoncez que chacun devra relever son propre défi, comme un exercice d’empathie. Dynamique morale : ne défiez pas les autres avec quelque chose que vous ne pourriez pas faire vous-même.

3. Actualité de la salle de presse

Rassemblez les participants et écrivez sur une feuille de papier sulfité le début commun d’un essai (« De nos jours », « Il est curieux de constater que », « Il manque des mots pour décrire combien »). Vous pouvez établir ou non un thème, car le but est de créer une chaîne d’écriture en passant la feuille à chaque participant, qui aura un maximum de temps pour écrire sa contribution. À la fin, le texte qui en résulte est lu et tout le monde évalue le résultat ensemble, ce qui crée un sentiment d’harmonie et permet une évaluation mutuelle.

4. Les polygones

Divisez le groupe en deux équipes et guidez chaque équipe pour créer une nouvelle langue, en inventant les mots suivants : une salutation, des pronoms de base, un objet de la salle, un commentaire négatif, un commentaire positif et un adieu. Donnez aux équipes 30 minutes pour créer et apprendre la langue, en donnant des ailes à l’imagination. À la fin, formez des paires avec les membres des équipes adverses et mettez les participants au défi de s’enseigner mutuellement leur langue sans parler portugais. L’exercice porte sur la communication, la disposition et la débrouillardise des jeunes.

5. Si vous donnez le briefing

Cette dynamique est axée sur la créativité et la capacité à trouver des solutions hors des sentiers battus. Dites au groupe que sa mission sera de concevoir une publicité pour un produit approprié et de choisir un format, qui peut être un spot, une publicité dans un magazine, une bannière numérique ou tout autre élément de communication. Ensuite, pensez aux mots les plus évidents en rapport avec le produit et interdisez son utilisation, en rendant l’activité aussi difficile que possible. Par exemple : une annonce d’assaisonnement sans les mots saveur, cuisine, nourriture, fait maison, délicieux, meilleur, déjeuner, nouveau, ingrédients, plats, etc.

6. Le tribunal

Choisissez un sujet controversé qui génère généralement des positions extrémistes, comme les questions religieuses, politiques et sociales. Séparez le groupe en deux équipes : l’une représente la position en faveur, l’autre la position contre le sujet. Demandez aux gens de ne pas tenir compte de leurs opinions personnelles et de ne défendre leur point de vue qu’avec tous les arguments possibles. La dynamique de la Cour travaille sur la façon de vivre avec les différences et les opinions divergentes, ainsi que sur l’évaluation de la capacité d’argumentation.

7. Chacun pour soi

Donnez à chaque participant une vessie et une ficelle, en lui demandant de remplir l’objet et de l’attacher à sa propre cheville. Demandez à tout le monde de se lever et de faire le tour de l’espace, puis annoncez : « Celui qui me donne la vessie pleine gagne le prix secret. La réaction la plus courante est que chacun essaie de faire sauter la vessie de l’autre. A la fin, expliquez que ce n’était pas une compétition, car il suffirait que chacun remette sa vessie au lieu d’essayer de se saboter.

Le coaching peut aider à développer des équipes plus fortes

Si vous vous intéressez à la dynamique des jeunes, sachez que le coaching peut aider au développement d’équipes plus fortes dans n’importe quel contexte. En effet, le coach est un expert en développement humain, capable de suivre l’évolution de chaque membre du groupe et d’élever l’équipe à un état de synergie totale. Pour cela, ces professionnels utilisent des techniques avancées de psychologie comportementale et de programmation neurolinguistique, par exemple. Ces outils aident à identifier les forces et les faiblesses de chacun et permettent à chacun d’atteindre ses objectifs en renforçant son potentiel et en travaillant sur ses faiblesses. Ainsi, avec l’aide d’un entraîneur, toute équipe peut devenir une équipe de haute performance et viser des résultats jusqu’alors inimaginables.

Comment devenir coach ?

Si l’idée de développer les gens vous a inspiré, vous devriez penser à mettre en place un coach. Les coachs sont des professionnels spécialisés dans le potentiel humain, capables d’éveiller le meilleur de chaque personne et de gérer les compétences avec maîtrise. Dans votre carrière de coach, vous pouvez aider les personnes, les entreprises et les équipes à accroître leurs performances, à maximiser les résultats et à se réaliser pleinement. Le travail du coach est extrêmement gratifiant et fait une différence pour les clients en transformant leur vie pour toujours. Imaginez que vous faites partie de ce groupe de professionnels triés sur le volet et que vous en tirez un revenu important. Rien qu’aux États-Unis, l’industrie du coaching a réalisé un chiffre d’affaires de 1 milliard de dollars en 2017, avec de grandes perspectives de croissance. Cela semble être une bonne voie ? Ensuite, regardez l’opportunité du prochain sujet.

Formation au braconnage SBC

Les professionnels les plus en vue du marché passent par la formation de coaching SBCoaching, qui a déjà certifié plus de 35 000 spécialistes. La Société brésilienne de coaching travaille avec une méthodologie présente dans plus de 90 pays et dispose de plus de 80 unités dans tout le Brésil. Ses formations comprennent le cours de formation personnelle

Conclusion

À présent, vous en savez assez sur la dynamique des jeunes et vous comprenez certainement comment et pourquoi ils travaillent. La vérité est que ce ne sont pas seulement les jeunes qui ont beaucoup à apprendre des dynamiques de groupe, mais aussi les personnes de tout âge qui veulent faire l’expérience de l’apprentissage collectif. Grâce à des exercices qui semblent parfois banals, nous sommes capables de développer notre intelligence émotionnelle et nos relations interpersonnelles, en même temps que nous nous voyons et que nous créons de l’empathie. Après tout, la dynamique de groupe est aussi une occasion de se connaître soi-même. Maintenant, si vous souhaitez approfondir votre développement personnel et explorer vos compétences, le coaching individuel ou en groupe est une excellente solution. Mieux encore, vous pouvez devenir un coach reconnu et atteindre le plus haut niveau de réalisation de soi. Quelle que soit la voie que vous choisissez, l’important est de grandir en tant que personne et de construire des relations solides dans cette dynamique constante qu’est notre monde.