Le syndrome d’épuisement professionnel chez les professionnels de la santé

Les emplois en contact avec le public sont nombreux, mais les plus délicats sont ceux qui appartiennent au secteur de la santé. La proximité constante avec le patient et la relation avec les proches peuvent être à l’origine d’effets très négatifs. L’un d’entre eux est le célèbre syndrome d’épuisement professionnel auquel sont soumis les professionnels de la santé. Le syndrome d’épuisement professionnel est défini comme une réaction émotionnelle à l’environnement organisationnel ou professionnel. Elle se caractérise par trois symptômes principaux : épuisement émotionnel, dépersonnalisation et manque d’épanouissement personnel. Elle a un triple impact négatif : sur l’entreprise, sur les patients et sur la santé physique et mentale de la personne qui en souffre. Ce syndrome touche un large éventail de professionnels de la santé : médecins, infirmières, psychologues, psychiatres, pharmaciens, nutritionnistes, travailleurs sociaux et personnel administratif.

L’état d’esprit affecte notre travail

L’état d’esprit affecte directement les pensées et le comportement. Elle affecte notre jugement, nos décisions, l’attitude avec laquelle nous faisons face à un problème ou exécutons ou non une mission. Un problème personnel au travail, qui provoque un état d’anxiété permanent, affecte les performances professionnelles. Cela se produit également lorsque le problème se situe en dehors du monde du travail : nous sommes distraits, peu concentrés, susceptibles, imprécis. Se concentrer sur le travail lorsque notre esprit est occupé par d’autres pensées n’est pas facile. Si le niveau de concentration qu’exige notre travail est élevé, il devient encore plus compliqué. Nos ressources d’attention sont limitées, nous remarquerons donc davantage les effets négatifs d’une altération de l’humeur sur les tâches qui impliquent un effort cognitif considérable. La difficulté augmente si nous ajoutons à notre cours normal de pensée les pensées ruminantes générées par les émotions.

Symptômes du syndrome d’épuisement professionnel chez les professionnels de la santé

Les symptômes du syndrome de Burnout varient selon le sujet, la situation personnelle et les caractéristiques de l’environnement de travail. Les signes avant-coureurs sont la difficulté à se lever le matin et la fatigue chronique. En outre, le syndrome d’épuisement professionnel peut provoquer les symptômes suivants :

– Symptômes psychologiques

  • Démotivation constante par rapport au travail
  • Irritabilité marquée, colères spontanées, pleurs fréquents
  • Attitude cynique et sentiment de frustration
  • Sentiment d’être incompétent
  • Goût de s’isoler
  • Sentiment d’échec
  • Baisse de confiance en soi
  • Anxiété, inquiétude et insécurité
  • Difficulté à se concentrer
  • Pertes de mémoire
  • Difficulté d’exercer un bon jugement
  • Indécision, confusion
  • Pensées suicidaires, dans les cas les plus grave

– Symptômes physiques

  • Fatigue persistante
  • Parfois, des douleurs, selon les fragilités individuelles : maux de dos, douleurs musculaires, migraines, etc.
  • Problèmes digestifs, ulcères d’estomac
  • Sommeil perturbé
  • Problèmes cutanés
  • Perte ou gain de poids
  • Infections plus fréquentes (rhume, grippe, otite, sinusite)

Après une période de travail excessif et de stress, le repos peut faire ressurgir des maux comme la migraine, la grippe et les douleurs musculaires. Cela se produit souvent les fins de semaine ou au début des vacances. C’est ce qu’on appelle le syndrome du bourreau de travail.

Quels sont les effets généraux de l’épuisement professionnel ?

Les effets généraux comprennent les suivants :

  • Être cynique ou critique au travail, ou toujours avoir une réaction négative ou se montrer soupçonneux à l’égard des conditions de travail.
  • Avoir de la difficulté à se mettre au travail ou à être productif à son arrivée.
  • Être irritable ou impatient avec ses collègues, ou avec les clients internes ou externes.
  • Manquer d’énergie, ou avoir un comportement apathique ou éprouver du désespoir.
  • Être fatigué, être distrait ou manquer d’attention.
  • Être insatisfait de ses réalisations ou ne plus ressentir de plaisir dans les activités à l’extérieur du travail.
  • Avoir le sentiment que son travail ou sa contribution ne sont pas appréciés à leur juste valeur.
  • Être désillusionné au sujet de son travail, se sentir détaché ou déconnecté.
  • Sentir le besoin de consommer de la nourriture, de la drogue ou de l’alcool pour se sentir mieux ou simplement pour ne plus sentir.
  • Observer une modification de ses habitudes de sommeil (difficulté à s’endormir ou à rester endormi).
  • Vivre une modification de son appétit (suralimentation ou sous-alimentation).
  • Souffrir de maux de tête, de maux de dos ou d’autres problèmes physiques inexpliqués.

L’épuisement professionnel est souvent chronique, ce qui signifie que ces sentiments peuvent durer longtemps. Bien que ces effets ou symptômes soient fréquents en cas d’épuisement professionnel, ils peuvent aussi être le résultat d’autres problèmes de santé, tels que des problèmes thyroïdiens, une carence en vitamines ou une dépression. Consultez votre médecin ou un autre professionnel de la santé et demandez-lui de vous indiquer les traitements appropriés. En général, se sentir triste ou déprimé fait partie de la vie et ne peut être évité. Quand quelque chose ne va pas dans votre vie, il se peut que votre moral soit à la baisse. Si vous vous sentez particulièrement triste ou irritable à cause d’une situation et que vous dormez mal, que vous avez moins envie de voir des amis ou que vous vous inquiétez souvent de la situation, vous êtes probablement d’humeur morose. La morosité disparaît généralement après une semaine ou deux, surtout si la situation qui l’a déclenchée s’améliore. Lorsque ces sentiments sont présents depuis plus de deux semaines, il importe de demander de l’aide. 

Les facteurs qui favorisent l’épuisement professionnel

Certains facteurs qui favorisent le syndrome de Burnout sont étroitement liés au travail lui-même. Les emplois qui impliquent un contact humain intense, prolongé ou fréquent et qui produisent des pics de stress élevés ou un stress intense constant sont particulièrement touchés. Le fait d’être très impliqué dans le travail ou d’avoir de grandes attentes est un facteur de risque supplémentaire. Enfin, le syndrome d’épuisement professionnel touche davantage les femmes que les hommes. Divers facteurs peuvent contribuer à l’épuisement professionnel, notamment les suivants :

  • exigences déraisonnables
  • manque de contrôle ou incapacité d’influer sur les décisions qui ont une incidence sur son travail
  • attentes relatives au travail mal définies
  • milieu de travail médiocre (intimidation, harcèlement)
  • non-concordance des valeurs ou incompatibilité personne-emploi
  • soutien insuffisant, que ce soit au travail ou à la maison
  • déséquilibre entre le travail et la vie personnelle